La transformation managériale, que du bon sens ? Mon oeil !

Coup de gueule contre l’argument du bon sens, et réflexions partagées.

Y’en a marre du bon sens !

J’entends souvent, trop souvent : « Finalement, la transformation managériale, c’est que du bon sens ». J’entends aussi : « l’entreprise libérée, c’est que du bon sens ». Ou encore : « la Qualité de Vie au Travail, c’est que du bon sens ». J’ai entendu pendant des années : « Le Développement Durable, c’est que du bon sens ». J’en ai marre d’entendre que toute démarche, « finalement, c’est que du bon sens » !

Pourquoi, si ce n’était que du bon sens, toutes ces démarches peinent-elles autant à voir le jour ? Juste pour vous donner une idée, Mc Gregor, père de la théorie X et Y qui inspira dans les années 50 (entre autres) Bill Gore dans la création de son entreprise, qui est devenue, 60 ans après, un des symboles les plus connus de l’Entreprise Libérée, était persuadé que toutes les entreprises basculeraient en quelques années dans ce modèle fondé sur la confiance en l’Homme qu’il prônait comme une vertu. Vous me l’accorderez, on en est très très loin.

Hypothèse 1 : y’a plus de bon sens !

Je vais maintenant vous confier un secret : si c’était que du bon sens, ça se saurait. Et je pose ici ma première hypothèse : non seulement, notre monde et notre époque n’ont plus de bon sens, mais je pense bien qu’aucune époque n’a vu le bon sens caractériser la norme de comportements de nos sociétés. Au regard du bordel généralisé dans lequel nous vivons, pardon, du changement de paradigme et de la mutation civilisationnelle que nous traversons, vous m’accorderez encore une fois que cette première hypothèse est séduisante.

Hypothèse 2 : c’est peut-être plus compliqué que ça …

Ma deuxième hypothèse est que, finalement, ce n’est pas que du bon sens, toutes ces transformations : c’est plus complexe que ça, il y a autre chose. Le bon sens est tout sauf une évidence. Il est malheureusement avant tout une valeur refuge : c’est une forme d’alibi pour pouvoir dire que les mutations que couvrent la Qualité de Vie au Travail , l’Entreprise Libérée, le Développement Durable, on en faisait déjà sans le savoir. Comment cela ? On radoterait depuis Molière et son Bourgeois Gentilhomme qui faisait de la prose sans le savoir ? La flatterie, bien utile pour gonfler les chiffres d’un mouvement, embellir un article ou attirer artificiellement des clients, est alors une robe plus ajustée pour habiller ces actes soi-disant frappés au coin du bon sens. C’est aussi une forme de paresse intellectuelle, une manière de nier les efforts à faire pour réussir dans de telles démarches.

Il ne faudrait pas insulter ceux qui font preuve de bon sens, mais encore faudrait-il s’entendre sur ce qu’est le bon sens. Car au fond, c’est quoi le bon sens ? Une définition assez fréquente s’articule autour d’une capacité de discernement et une faculté de bien juger. On voit immédiatement les limites morales du bien et du mal juger, et de l’autorité qui pourrait en être dépositaire. Le discernement, par contre, propose un lien de parenté avec l’intelligence intéressant, au sens de la capacité d’analyser et / ou de s’adapter. A propos du bon sens, René Descartes, dans le Discours de la méthode (1637), dit ceci :

« Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée : car chacun pense en être si bien pourvu, que ceux même qui sont les plus difficiles à contenter en toute autre chose, n’ont point coutume d’en désirer plus qu’ils en ont. Cela témoigne que la puissance de bien juger, est naturellement égale en tous les hommes ; et ainsi que la diversité de nos opinions ne vient pas de ce que les uns sont plus raisonnables que les autres, mais seulement de ce que nous conduisons nos pensées par diverses voies, et ne considérons pas les mêmes choses.  (René DescartesDiscours de la méthode, La Haye, 1637)
 
Avec mon propre discernement, voici ce que je comprends de cette citation de Descartes : le bon sens n’est pas un mètre étalon qu’il serait utile et pratique de pouvoir consulter à loisir afin de vérifier la clarté de nos pensées, de notre expression ou de nos actes. La totale relativité que cette définition de Descartes confère au bon sens m’empêche de pouvoir le brandir comme un étendard, une bannière sous laquelle rassembler les femmes et les hommes de bonne volonté. Descartes nous renvoie, bien au contraire, face à nos propres responsabilités et à nos propres limites d’Homme.

Il est également difficile de rendre bon sens synonyme d’évidence. Puisque chacun regarde midi à sa porte, ce qui est évident pour l’un ne l’est peut-être pas du tout pour l’autre, vu sous un autre angle. Chacun transporte ses évidences, terreau de ses certitudes et souvent de son incompréhension des autres. Tout sauf évident, le bon sens s’il est discernement, est beaucoup plus une affaire d’humilité, d’écoute et de temps pour forger l’expérience et l’intuition. Il est donc tout sauf facilement accessible.
6-9 inversés
Ce qui nous ramène à ces démarches entrepreneuriales et sociétales que sont le Développement Durable, L’entreprise Libérée, ou la Qualité de Vie au Travail : démarches complexes, systémiques, aux causes multiples et aux horizons incertains, elles ne sont pas évidentes à mettre en oeuvre, elles ne sont pas non plus facilement accessibles. Alors si vous êtes une de ces personnes qui utilisent cette expression, ou si elle vous agace autant que moi dans la bouche des autres, s’il vous plaît, après la lecture de cet article, faites preuve de discernement et arrêtez d’invoquer le Bon Sens à tout bout de champ !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *